Women in music during Covid19: Viva Sanchez Reinoso, musician

As part of the “Women in music during Covid19” series, Viva Sanchez Reinoso granted us an interview on her situation as a musician during lockdown in Switzerland. Interview by Nuné Nikoghosyan, 22 June 2020.

English version below.

Viva Sanchez Reinoso, © Batida.

L’économie culturelle risque de s’effondrer, et les gens perdre courage.


De manière générale, quelles sont vos principales activités professionnelles ?

Je suis musicienne et administratrice culturelle pour mes projets. Je vis à 100% de la musique et des activités qui s’y rapportent : enseignement, concerts, production, administration. 

Comment les mesures de confinement ont-t-il affecté votre travail? Quelles activités professionnelles ont été annulées et quelles autres avez-vous pu poursuivre durant cette période?

J’ai eu une vingtaine de concerts annulés. J’ai perdu toute motivation pour ma création artistique. Donc j’ai tout misé sur l’administration : me mettre à jour au niveau comptable, site internet et autres. 

Comment avez-vous adapté vos activités aux nouvelles circonstances?

J’ai dû mettre tout mon enseignement à distance sur pied, et j’ai centré mes ressources énergétiques pour travailler sur des enregistrements qu’il fallait encore mixer et compléter. J’ai eu un seul projet artistique nouveau qui concernait de la musique électronique et que j’ai donc pu mener à bien. 

Y a-t-il des ressources qui vous ont été utiles pour poursuivre votre travail?

Internet, évidemment, mais à un point que je n’aurais jamais imaginé ! J’ai travaillé avec Trello pour faire le suivi de mes élèves à distance, sinon je me suis inscrite à des groupes FB pour l’enseignement à distance. J’ai enregistré et fait mes élèves se filmer pour pouvoir avancer également. Youtube m’a été d’une grande aide pour certains élèves qui avaient décroché, et pour échanger des musiques. J’ai découvert Zoom, Discord, Signal, ainsi que de nombreuses fonctionnalités de Whatsapp et Skype. Les livres ont également été une grande ressource, puisque je n’avais plus accès aux bibliothèques, mais que j’avais déjà quelques livres d’avance 😉

Le confinement a-t-il affecté votre revenu? Comment avez-vous géré financièrement cette période?

J’ai perdu environ 6’800 CHF sur 6 mois. J’ai fait des demandes d’indemnisations qui ont été ridicules jusqu’à présent : 5,60 CHF d’APG [Allocations pour perte de gain] par jour, aucune réponse du canton de Genève pour le moment, RHT [Réduction d’horaire de travail] pour un mois seulement avec un montant de 300 CHF.  Par hasard et chance, j’ai eu un remplacement de piano dans une école pendant trois mois, d’où mon travail de mise sur pied de l’enseignement à distance. Sinon je n’enseigne pour ainsi dire pas en privé.

Y a-t-il eu de l’aide de tiers tels que des ressources publiques, des fondations privées, d’autres sources ou réseaux?

Le Fonds est la seule fondation à m’avoir aidée sans lourdeur administrative pour un montant de 1’000 CHF. Je suis en attente du reste via deux associations, ainsi que des exonérations de loyer pour des locaux de répétition, et ma demande d’indépendante auprès du canton (probablement seulement en octobre, semblerait-il !).

Comment reprenez-vous les affaires et l’activité professionnelle maintenant?

J’ai envie de stabiliser ma situation financière, et ne plus jamais me retrouver dans une telle situation de fragilité et de dépendance. Je cherche un employeur et des revenus plus élevés. Je me bas en politique culturelle pour que soit revalorisé le métier d’artiste (cachets décents, possibilités de demande le chômage par intermittence), et faire reconnaître la profession de musicien. 

Quelles sont les perspectives pour lesquelles vous avez de l’enthousiasme?

Me remettre à jouer du piano et créer de la musique pour des spectacles, retrouver les gens, la confiance et le contact humain. Trouver des solutions. 

Qu’est-ce qui vous fait peur par rapport à la suite? Comment surmontez-vous ces peurs?

Peur ? Je crois que rien ne me fait peur, c’est plutôt de la colère. Je peux me reconvertir dans plein de choses, mais ma force, mon savoir et mes compétences vont fortement dans le domaine culturel. Le social, les lettres, la traduction, le bricolage, les sciences de la nature m’appellent aussi. Si je n’arrive pas à stabiliser mes revenus avec mon métier, je le changerai. 

Si vous deviez donner un conseil à d’autres femmes qui travaillent dans la musique aujourd’hui, quel serait-il? 

Question difficile pour moi, je ne vois pas quoi dire. J’ai tout de même le sentiment que je suis trop formée et pas assez reconnue. Est-ce que c’est parce que je suis une femme ? Aucune idée…

D’autres points à mentionner concernant l’impact du Covid19 sur votre travail et/ou le travail musical d’une manière générale ? 

Oui : l’aberration des annulations jusqu’en septembre, et l’incapacité à revenir sur des décisions drastiques qui sont inutiles. Le ras-le-bol des systèmes et cercles où les artistes doivent toujours vite pondre un nouveau projet pour courir derrière les subventions. La colère des promesses non-tenues : une interdiction de travail est quelque chose de grave. Ôter les APG et cesser les RHT sous prétexte que tout peut reprendre normalement alors que notre secteur ne reprendra « normalement » que dans 1 an et demi, c’est irresponsable. L’économie culturelle risque de s’effondrer, et les gens perdre courage.


Courte biographie

Pianiste de formation, Viva Sanchez Reinoso partage son temps entre plusieurs activités artistiques: interprétation, composition, improvisation et recherche.

Elle commence le piano à 5 ans au centre d’Exploration Musicale à Genève. Elle étudie ensuite avec Alexis Golovine, Catherine Courvoisier (diplôme de soliste), K.-H. Kämmerling (Künstlerische Ausbildung), Gottlieb Wallisch (master en pédagogie) et obtient également un master en théorie. Depuis 2015, elle étudie à l’Université de Genève la littérature comparée ainsi que l’histoire et l’anthropologie des religions. 

Viva Sanchez Reinoso soutient activement la création contemporaine et s’investit dans la recherche de nouvelles sonorités dans des domaines esthétiques aussi variés que possible (expérimental, jazz, musiques électroniques). Elle donne régulièrement des concerts en solo et travaille également intensément avec l’Ensemble Batida (pianos et percussions). Très inspirée par les collaborations pluridisciplinaires, elle est co-fondatrice de l’Association Amalthea à Genève et s’investit dans des projets avec danse, théâtre d’ombre, peinture, cinéma, sculpture vivante, gastronomie, littérature et théâtre. Elle fait partie de l’ensemble vocal féminin Polhymnia depuis 2010, qui fait des créations chaque année et pratique un répertoire baroque et romantique.


ENGLISH VERSION

The cultural economy is in danger of collapsing and people are losing heart.


In general, what are your main professional activities? 

I am a musician and cultural administrator for my projects. I live 100% from music and related activities: teaching, concerts, production, administration. 

How have the lockdown measures affected your work? What professional activities were cancelled and what other activities were you able to continue during this period? 

I’ve had about 20 concerts cancelled. I lost all motivation for my artistic creation. So, I put everything on the administration: keeping up to date with accounting, website and other things. 

How did you adapt your activities to the new circumstances? 

I had to set up all my distance learning, and I focused my energy on working on recordings that still had to be mixed and completed. I only had one new artistic project which was electronic music, so I was able to complete it. 

Are there any resources that were useful to you in continuing your work? 

The Internet, of course, but to an extent I never imagined! I worked with Trello to follow up with my students at a distance, otherwise I signed up for FB groups for distance learning. I recorded and made my students film themselves in order to move forward. Youtube has been a great help to me for some students who had dropped out, and for exchanging music. I discovered Zoom, Discord, Signal, as well as many features of Whatsapp and Skype. Books were also a great resource, since I no longer had access to libraries, but I already had a few books in advance 😉.

Has lockdown affected your income? How did you financially manage this period?

I lost about CHF 6,800 over 6 months. I have made requests for compensation that have been ridiculous up to now: CHF 5.60 of EO [compensation for loss of earnings] per day, no response from the Canton of Geneva for the moment, RHT [reduced working hours indemnification] for only one month with an amount of CHF 300.  By chance and some luck, I had a piano replacement in a school for three months, hence my work in setting up distance learning. Otherwise I hardly teach privately.

Was there any third-party support such as public resources, private foundations, other sources or networks? 

The Fund is the only foundation to have helped me without any administrative burden, with CHF 1,000. I am waiting for the rest via two associations, as well as rent exemptions for rehearsal rooms, and my application for self-employment from the canton (probably only in October, it seems!).

How are you taking up business and professional activities again? 

I want to stabilize my financial situation, and never again find myself in such a fragile and dependent situation. I am looking for an employer and higher income. I am working on cultural policy to raise the status of the artist’s profession (decent salaries, possibilities to apply for intermittent unemployment), and to have the profession of musician recognized. 

What prospects are you enthusiastic about? 

Getting back to playing the piano and creating music for shows, getting back to people, confidence and human contact. Finding solutions. 

What scares you about what comes next? How do you overcome these fears? 

Fear? I don’t think anything scares me, it’s more like anger. I can reconvert myself in many things, but my strength, knowledge and skills go firmly in the cultural field. Social, literature, translation, DIY, natural sciences also call me. If I can’t manage to stabilize my income with my profession, I will change it. 

If you had to give an advice to other women working in music today, what would it be? 

It’s a difficult question for me, I don’t know what to say. I still feel that I’m over-trained and under-recognised. Is it because I’m a woman? I have no idea.

Any other points to mention concerning the impact of Covid19 on your work and/or musical work in general? 

Yes: the aberration of cancellations until September, and the inability to reverse drastic decisions that are useless. Being fed up with systems and circles where artists always have to quickly come up with a new project in order to run after the subsidies. The anger of broken promises: a work ban is a serious matter. Removing the EOs and stopping the RHT on the pretext that everything can resume normally when our sector will only be “normally” resuming in a year and a half is irresponsible. The cultural economy is in danger of collapsing and people are losing heart.


Short biography

Trained as a pianist, Viva Sanchez Reinoso divides her time between several artistic activities: interpretation, composition, improvisation and research. 

She started playing the piano at the age of 5 at the Centre d’Exploration Musicale in Geneva. She then studied with Alexis Golovine, Catherine Courvoisier (soloist diploma), K.-H. Kämmerling (Künstlerische Ausbildung), Gottlieb Wallisch (Master in pedagogy) and also obtained a Master in theory. Since 2015, she studies comparative literature and the history and anthropology of religions at the University of Geneva. 

Viva Sanchez Reinoso actively supports contemporary creation and is involved in the search for new sounds in a large variety of aesthetic fields (experimental, jazz, electronic music). She regularly gives solo concerts and also works intensely with the Ensemble Batida (pianos and percussion). Highly inspired by multidisciplinary collaborations, she is the co-founder of the Amalthea Association in Geneva and is involved in projects with dance, shadow theatre, painting, cinema, living sculpture, gastronomy, literature and theatre. She has been a member of the female vocal ensemble Polhymnia since 2010, which creates new works every year and practices a baroque and romantic repertoire.


You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search